De Saint-Gervais-sur-Mare à Toulouse, sur le chemin d’Arles

//De Saint-Gervais-sur-Mare à Toulouse, sur le chemin d’Arles
De Saint-Gervais-sur-Mare à Toulouse, sur le chemin d’Arles2018-09-06T04:59:24+00:00

Mise à jour: jeudi 6 septembre 2018 -  4:59

Après avoir fait une première fois le chemin de Saint-Jacques depuis mon domicile, seul et d’une seule traite en 2006, comme beaucoup de pèlerins, j’ai souhaité en découvrir d’autres. Pour ce faire, je marche chaque année avec mon frère Jean pendant une semaine ou deux.

1- Jacques et Jean

C’est ainsi que nous avons fait celui du Puy-en Velay. Maintenant, nous marchons sur le chemin d’Arles, la voie du Sud appelée aussi via Tolosana ou chemin des Italiens.

Cette année, en juin, nous avons marché entre Saint-Gervais-sur-Mare et Toulouse.

C’est un chemin physique mais très agréable. On y découvre des paysages superbes constitués de montagnes et de forêts. Partant de l’Hérault nous avons d’abord eu un relief très accidenté. Nous avons traversé Murat-sur-Vèbre, Anglès, la Salveytat des villages souvent perchés, franchi des cols traversé des forêts denses. Le paysage change totalement quand on se rapproche du canal du midi, c’est-à-dire à partir de En Calcat, Sorèze, Revel. Présents à En Calcat un dimanche, nous avons pu assister à la messe des moines Bénédictins et apprécier la beauté de leurs chants. Les choses deviennent plus faciles pour les pèlerins à partir de Revel.

2- dans l’herbe !!

On longe d’abord la rigole de Riquet qui est un gros ruisseau créé pour récolter l’eau qui descend des collines et approvisionner ainsi le Canal du Midi. Quand on a rejoint le Canal du Midi, la facilité c’est évidemment de le suivre jusqu’à Toulouse.

3- Jean et le Canal

Le chemin est plat, agréable, merveilleusement ombragé. La seule nuisance est le bruit de l’autoroute toute proche. Mais il est aussi possible d’emprunter le GR 653, plus difficile, certes mais qui permet de traverser et découvrir les villages situés sur les coteaux.

Bien que moins nombreux que sur le chemin du Puy, on trouve assez facilement des gîtes gérés par des associations locales et tenus par des hospitaliers.

4- Le gite de la Goutille à Avignonet-Lauraguais

On y rencontre la bonne ambiance du chemin comme ce fût le cas à Aiguevives qui dépend de l’association de Revel. Si vous avez la chance de tomber sur Nicole, après vous avoir chaleureusement accueilli, elle vous fera déguster sa soupe aux orties, sa salade de courgettes à l’ail, et son merveilleux confit de canard accompagné d’une purée de pois cassés. Un régal gastronomique et jacquaire que cette halte.

C’est ainsi que nous sommes arrivés à Toulouse, convaincus que ce chemin d’Arles est peut-être moins réputé que d’autres, mais qu’il mérite d’être connu.

Jacques Picard.